Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chômage des 18-25 ans : les propositions des Jeunes Démocrates 44

jeunesdemocrates44.png

www.jeunes-democrates44.fr

Janvier 2010

 

Chômage des 18-25 ans : les propositions des Jeunes Démocrates 44

(Egalement téléchargeable ici en pdf)


 

Le taux de chômage des moins de 25 ans a progressé de 58% en 2009 en Loire Atlantique. Les Jeunes Démocrates 44 font donc des propositions afin de lutter contre ce fléau.


Les taux de chômage diffèrent selon le niveau d'étude, et les causes sont d'ailleurs différentes :


● Les 150 000 jeunes qui sortent chaque année du système scolaire sans diplôme, sont au chômage pour 31% d'entre eux, et la cause est essentiellement un manque de formation.


Le chômage de ces 150 000 jeunes chaque année représente 50% du chômage des jeunes (régler ce problème c'est donc régler une grosse partie du chômage des jeunes) :


Il faut donc lutter contre l'échec scolaire avec une éducation à l'orientation, avec des passerelles entre les formations, avec un véritable suivi personnalisé pour les élèves en difficulté, avec la mise en place d'un module de découverte des métiers dans le secondaire. On doit passer du collège pour tous au collège pour chacun.

Il faut également développer les écoles de la deuxième chance, la formation continue et la Validation des Acquis de l'Expérience.


● Les 8,7% de chômeurs qui ont bac+5 le sont pour d'autres raisons :


Nous devons parler de l'implication des entreprises au sein des universités, il s'agit de trouver une juste mesure : il ne s'agit pas que les entreprises dirigent les facultés.. Mais on ne peut pas laisser plus longtemps les entreprises à la porte des universités.


Donnons aux universités une mission obligatoire de formation et d'insertion professionnelle.


L'apprentissage et l'alternance sont des moyens efficaces d'intégration professionnelle , à développer. Nous proposons d'améliorer l'information des entreprises concernant les avantages de l'apprentissage et de l'alternance.


Nous croyons qu'il est important que s'opère rapidement un changement de mentalité : l'employeur ne doit plus percevoir le jeune comme un risque mais comme une chance de plus-value pour l'entreprise.. Les jeunes sont trop souvent la variable d'ajustement de l'effectif des entreprises car on licencie en premier les intérimaires et les CDD, contrats majoritairement portés par les jeunes.


Nous devons réfléchir à développer avant la sortie des études une phase d'expérimentation et de construction de l'expérience professionnelle à l'image de ce qui se fait au Danemark. Il faut passer d'une culture du diplôme à une culture des compétences.


Nous devons imaginer un guichet unique pour l'emploi des jeunes où seraient réorientés les jeunes dont la prise en charge est plus complexe. Les missions locales bénéficiant d'une bonne implantation territoriale, elles pourraient être le pilier de ce dispositif, avec d'autres associations travaillant dans ce secteur.


A court terme, nous proposons la création d'une commission réunissant les acteurs locaux

(Communes, Conseil Général, Conseil Régional, Préfecture, Pôle Emploi, associations et

organisations compétentes) afin de coordonner les différentes initiatives et dispositifs, existants et à venir, dans le but de limiter le chômage des jeunes et ses conséquences économiques, sociales et personnelles.


Les missions locales, mais également le parrainage à l'emploi, l'université et l'alternance doivent permettre de corriger une inégalité : celle du réseau..celle qui donne accès au marché caché qui représente jusqu'à 60% des postes.


Nous proposons de réfléchir à une prime d'encouragement à la mobilité.


Nous devons également former continuellement les professionnels de l'insertion et de l'orientation sur les formations, métiers et débouchés existants..


Nous devons réfléchir aux problèmes de méthode : comment faire pour que tous les jeunes qui arrivent sur le marché de l'emploi sachent rédiger un cv, une lettre de motivation et mener en entretien d'embauche ? Nous proposons la mise en place d'ateliers lors du parcours scolaire.


La mission locale est passée en quelques mois de 109 à 74 employés : nous sommes au MoDem, très conscients du problème des déficits publics, mais ce n'est peut être dans ce domaine que les économies sont à faire prioritairement !


Nous tirons la sonnette d'alarme et nous demandons que l'emploi des jeunes soit considéré comme priorité nationale : s'il est toujours dur d'être au chômage il l'est encore davantage de commencer par sa vie par une période de chômage !!!


Concernant les mesures sociales destinées aux chômeurs de moins de 25 ans : Nicolas Sarkozy vient d'annoncer l'extension du RSA aux jeunes ayant travaillé au moins 2 ans. Il faut également se préoccuper des jeunes sans ressources familiales : on pourrait conditionner les aides, pour ces jeunes, à une obligation de formation.


Concernant les aides fournies aux entreprises : il faut que s'opère un changement de mentalité, et les aides peuvent peut être y contribuer mais il faut évaluer l'ensemble des dispositifs existants !!


Un contrat jeune n'est pas la solution car cela constituerait une étape supplémentaire, un statut dérogatoire stigmatisant les jeunes comme inaptes au travail.


Nous devons inventer une flexi-sécurité à la française : nous défendons l'idée d'un contrat unique, un CDI à droits progressifs. Celui ci serait assorti à d'avantage de droits concernant l'indemnisation du chômage et la formation.


Enfin, revenons sur des dispositifs tels que la défiscalisation des heures supplémentaires..qui n'incitent pas à embaucher !!!

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Haut de page